base savoir

 

 

 

Accueil

www.@gric'old.fr


- Les cabines chauffantes Sirocco -

 

Après avoir suivi des études d'ingénieur agricole, et, alors qu'il était inspecteur des ventes chez un constructeur de tracteurs Mr Van Beusekom réalisa la nécessité de concevoir quelque chose susceptible de protéger l'agriculteur des intempéries et du froid. Aussi, dans ses moments libres, commença t'il à fabriquer la première cabine chauffante SIROCCO. C'était en 1948 à Denveter (Hollande).
En 1964, la 100.000 ème cabine sortait de la nouvelle usine de Zutphen. Cette usine est en 1965 capable de fabriquer 350 cabines par jour, outre différents articles sans rapport avec l'agriculture, tels sièges "Relax" et matériels de camping.
Qu'est donc SIROCCO pour avoir pris une telle envergure en aussi peu de temps ?




L'USINE et SON PERSONNEL.

En 1948, à Deventer, Mr Van Beusekom fabriquait son premier prototype. Durant un an, il a travaillé seul avec un mécanicien. La deuxième année, il y avait un représentant et trois mécaniciens; la cadence de fabrication était de 10 à 15 cabines par semaine. Avec le temps, et devant la demande croissante de cabines, le petit hangar, puis les batiments qui abritaient l'équipe de douze employés en 1955 ne suffirent plus.

C'est alors qu'en 1956 nécessité fut de construire une usine à Zutphen. Cette usine s'est agrandie peu à peu pour atteindre actuellement la superficie de 4000 m2. Cela est encore insuffisant, et l'an prochain un nouvel étage de bureaux sera construit et la surface de l'usine doublée, permettant de dissocier complètement les différentes productions SIROCCO.

Dans cette usine sont employées 125 personnes qui peuvent profiter de tous les avantages d'une usine moderne. Ce personnel relativement peu nombreux s'explique par l'automatisation trés importante qui règne dans l'usine et la standardisation de nombreuse spièces qui peuvent être fabriquées en série.

Toute la comptabilité de l'usine se fait par machine I.B.M. Au bureau d'études, outre les dessinateurs, deux ingénieurs sont spécialement chargés de concevoir de nouveaux modèles permettant une solidité et une sécurité accrues des cabines. Ces deux ingénieurs sont aidés de 5 mécaniciens qui fabriquent les prototypes.




Une des premières cabines chauffantes Sirocco (1949) sur un tracteur Ford 8N

FABRICATION des CABINES

Lorsque l'utilisateur reçoit sa cabine, elle se présente sous forme de tubes, de toiles, d'une vitre Sécurit, de deux glaces Perspex, et de différents systèmes d'attaches, le tout soigneusement emballé dans des cartons de 1m2 sur 8cm d'épaisseur. C'est au hall d'emballage de l'usine que sont en effet réunies toutes les pièces destinées à former une cabine, provenant des différents postes de l'usine.

Les tubes.
Ils entrent dans le magasin, passent au sciage (chaque marque et chaque modèle de tracteur a son type de cabine adapté, ce qui nécessite une certaine rigueur dans le sciage), puis au pliage (l'usine de Zutphen dispose de presses à plier les tubes qui sont des machines américaines ultra modernes, spécialement étudiées pour ce travail), puis au ponçage, au perçage, au soudage. Enfin, ils sont trempés dans les bains de dégraissage, peints et acheminés automatiquement par chariots transporteurs au four de séchage (ce four peut sécher trois tubulures de cabine en même temps, chaque chariot restant cinq minutes dans le four). Ils sont ensuite amenés et stockés au hall d'emballage.

Les toiles.
Une quinzaine d'ouvriers découpent et cousent mécaniquement la toile qui est ensuite stockée au hall d'emballage.

Les vitres.
Le pare brise Sécurit et les vitres latérales en verre Perspex sont également coupés à l'usine, ainsi que les panneaux latéraux en matière plastique qui forment les cotés de la cabine.

Les attaches.
Seules les petites pièces destinées à adapter la cabine au tracteur ou la toile au tube sont faites en dehors de l'usine et expédiées directement vers le hall d'emballage.

L'emballage.
L'emballage de la cabine peut surprendre car on se trouve devant une succession de boites de différentes tailles. Cette succession à sa raison d'être. La plus petite contient tous les boulons, écrous et petites pièces de montage. Elle est placée avec les toiles et les panneaux latéraux en matière plastique à l'intérieur d'une boite plus importante. Sur celle ci repose le pare brise avec son essuie-glace et les vitres d'aération en verre Perspex (la boite servant de coussin pour éviter tout risque de casse); les tubes formant le cadre et le toit de cabine sont disposés autour de cette boite. Le tout est contenu dans un carton de format 1m x 1m x 0,08m et pèse 27 kg.

 

LA CABINE

Le BATI et les TOILES

La cabine SIROCCO se compose , nous l'avons vu, d'un bâti en tubes et d'une housse en toile. Le bâti est fixé solidement au tracteur par quatre points. Après démontage, on peut l'enlever et le ranger très facilement car il prend peu de place. Les housses sont toujours tendues par des courroies en caoutchouc et des ressorts. On n'a donc pas à craindre le claquement continuel de parties détachées sur la toile.
La grande vitre de devant est en verre incassable Sécurit. Au milieu, on a monté un essuie glace que l'on peut desservir à la main, et des deux cotés de la vitre de devant se trouvent de larges vitres en verre Perspex qui peuvent être tournées et fixées dans n'importe quelle position autour de leur axe vertical. Ces dernières protègent le chauffeur contre le vent qui souffle de coté, ce qui permet de se servir également de cet appareil à toit découvert.
Le bâti du toit se compose d'un solide ensemble de tubes que l'on fixe devant au bâti de la vitre et, derrière, aux pare-boue à l'aide de deux boulons. Ce bâti est recouvert de la toile que l'on fixe sur quatre points. Les ouvertures qui se présentent encore aux cotés sont comblées par des toiles transparentes et flexibles, de sorte que même les épaules du chauffeur sont absolument protégées du froid. Pour descendre du tracteur, il suffit de faire glisser en avant l'ensemble constitué par les toiles de coté et les portières.
Le premier montage prend entre une et deux heures. Le démontage et un nouveau montage prennent considérablement moins de temps, du fait que certaines parties restent fixées au tracteur.

La visibilité.

La cabine SIROCCO a été essayée à maintes reprises par des spécialistes en matière de tracteurs agricoles. Elle donne une visibilité parfaite. L'outillage monté dans l'axe du tracteur et sur les deux cotés est parfaitement visible. En labourant, par exemple, on peu voir parfaitement la roue avant et même le fond du sillon à travers les fenêtres latérales. C'est pour avoir une meilleure vue sur les instruments de coté que l'on a choisi une construction étroite pour le modèle SIROCCO. C'est également grâce à cette construction étroite qu'il peut être utilisé sur des tracteurs avec chargeurs frontaux portés.
Le coté arrière est complètement ouvert: on peut facilement manipuler les leviers de tout outillage et un seul coup d'oeil permet d'obtenir une vue d'ensemble sur le matériel et les machines se trouvant derrière le tracteur.
On pourrait supposer que l'air froid puisse entrer par ce coté arrière ouvert. Mais la cabine SIROCCO est une cabine chauffante pour tracteurs agricoles.

Chauffage et ventilation.

L'air chaud qui se dégage du moteur du tracteur est recueilli dans l'espace compris entre celui ci et les toiles de cabine qui entourent le capot. Cet air chaud passe sans arrêt sur les mains et les jambes du conducteur et l'enveloppe en empêchant l'air frais de l'extérieur de rentrer dans la cabine.
La ventilation est possible par le déplacement des vitres Perspex sur les cotés. En ouvrant celles ci de quelques centimètres, l'air chaud est fortement aspiré au dehors sans provoquer de courants d'air. De la sorte, le conducteur peut se chauffer sans avoir à aspirer l'air chaud et étouffant. L'adduction de la chaleur peut être réglée à volonté. En ouvrant partiellement ou complètement la housse, la poussée d'air chaud qui arrive jusqu'au chauffeur diminue. Cette construction est extrêmement efficace en des périodes de températures fortement variables, comme cela arrive au printemps ou en automne. Pendant la journée, on ouvre complètement la housse et on la ferme pendant les heures de gel du matin et du soir.
La bâche est protégée contre la chaleur du moteur par des panneaux de tôle.

QUELQUES REFERENCES

En Hollande, SIROCCO vend quelques 6000 cabines par an, alors que la vente de tracteurs oscille entre 7 à 8000 unités.

En Belgique 2500 cabines SIROCCO sont vendues pour des ventes annuelles de tracteurs de l'ordre de 4500 unités.

En Allemagne, la vente des cabines SIROCCO s'élève à 10.000. Massey Ferguson Allemagne, après avoir étudié pendant un an les possibilités de la cabine chauffante SIROCCO, vend des cabines SIROCCO sur ses tracteurs avec l'estampille Massey Ferguson.

Les ventes Massey Ferguson avec cabine SIROCCO ont commencé:
en 1960 par 1000 unités
en 1961 par 2500 unités
en 1962 par 4200 unités
en 1963 par 5000 unités
chiffre qui s'est maintenu depuis lors.

Outre cela, SIROCCO importe en Autriche pour Steyr, en Angleterre, en Irlande et en Norvège.

Un bel exemple de la confiance faite à SIROCCO est celui de SIr Edmund Hillary, le vainqueur de l'Everest, qui équipa tous ses tracteurs de cabines chauffantes SIROCCO pour son expédition au Pôle Sud.


En France, la première cabine SIROCCO fut vendue en 1958, après quoi, un concessionnaire Massey Ferguson en acheta d'un coup 50.
En 1959-1960 les etablissements Lamart à Arras devinrent importateurs exclusifs SIROCCO, avec des ventes de 200 à 300 cabines, puis 500 cabines en 1961 et 1000 cabines en 1963-1964.

Depuis, SIROCCO s'est implanté lui même en France sous le nom de SIROCCO FRANCE. Ses ventes pour l'année 1965 pourront être évaluées à 2500 unités.

Recopie d'un article paru dans le Marchand Réparateur de tracteurs et machines agricoles, supplément novembre 1965.

pied de document

Affichage conseillé: 1024 x 768 | ©2007-2017 Agric'old | retour haut de page | reproduction interdite sauf accord écrit |